logo

St Bertrand d'Antan - Personnalités

 

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouille archéologique   Passetemps   Personnalités   Sport

en préparation, revenez bientôt

Le Suisse

 

 

 

 

 

Jean-Marie Trey connu à Saint-Bertrand par le surnom « Pichoum de Mont ».

Il fut le dernier « Suisse » (à cause de son uniforme) de Saint-Bertrand. Il a hérité le poste de son père qui avait été nommé « Suisse » auparavant par le curé de Saint-Bertrand. Il a dirigé les grandes cérémonies religieuses les fêtes de Saint Bertrand, les mariages et les visites de personnages importants comme le Cardinal Soliège quand il était archevêque de Toulouse dans les années cinquante. Ses fonctions étaient entre celles d’un sacristain et d’un bedeau et pendant des cérémonies tout le monde a obéi à ses ordres, même les évêques ! A sa mort personne n'a voulu le remplacer mais son uniforme est toujours dans la cathédrale.

 

 

 

 

 

Avis à la population !

Qu'on se le dise ! On suppose souvent aujourd'hui que tout le monde est connecté à Internet et dispose d'un mobile de dernière génération. En effet, la Mairie envoie maintenant les messages d'informations à beaucoup des habitants par sms et e-mail mais place toujours une affiche dans chaque hameau pour ceux qui n'ont accès ni à l'un ni à l'autre.

Il y a cinquante ans on n’avait ni ordinateurs ni mobiles et beaucoup de maisons n’avaient pas même de téléphone fixe. Le garde-champêtre était le principal moyen de communication de la mairie. Dans les années 1970, Pierre Bernigolle, le garde, est passé de hameau en hameau avec son tambour attaché à sa mobylette pour alerter les gens. "Avis à la population !" La photo le montre à Labat en train de parler avec Bertrand Clouzet.

 

 

 

 

Rue Rixens



Comme signe des temps, ces dernières semaines, toutes les maisons de la commune de St-Bertrand de Comminges ont été numérotées et les noms de certaines rues ont changé. Puisque le bureau de poste n'est plus là, la rue de la poste sera désormais connue sous le nom de rue Rixens. Mais qui était André Rixens?

Jean-André Rixens est né à St Gaudens en 1846 et y a fréquenté le collège. De là, il a progressé aux écoles des Beaux-Arts de Toulouse et de Paris. De ces débuts, par les années 1880, il avait acquis une grande notoriété en tant que portraitiste et peintre de sujets historiques, et plus tard avec la peinture des paysages. En 1889, il a été nommé Chevalier de la Légion d'Honneur. Pendant la première guerre mondiale, il s'est réfugié à St-Bertrand où il a acheté et restauré l'ancien Évêché. Il y a résidé avec son épouse Eugène et leurs filles Carmen, Paulette et Léa. Après la guerre il a réalisé le monument aux morts du village. Il est mort à Paris en 1925.

 

André Rixens avec sa famille devant l'éveché

 

 

 

 

La famille Rixens à la cathédrale

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouille archéologique   Passetemps   Personnalités   Sport

 

© Comité des Fêtes de St-Bertrand de Comminges 2021.