logo

St Bertrand d'Antan - Fêtes et Festivités

 

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouille archéologique   Passetemps   Personnalités   Sport

Les Foires

  

Dernière foire aux bestiaux 1996

Les années 40/50 il y avait la Foire aux Bestiaux - au Plan, et à la Prade- les deux places étaient couvertes [d’animaux]. Sur les deux places c’était les vaches, les taureaux, en ville c'était les brebis et les cochons étaient aux Oums. Après, les cochons - c’était terminé. On marchait ici dans la bouse de vache longtemps ! Ca correspondait aux fêtes de St Bertrand, donc en mai et en octobre. L’une était un peu plus importante que l’autre. Chez Georgette il y avait le café. Il y avait beaucoup de monde et les soirées se terminaient tard.

Ensuite, petit à petit il y en avait moins, mais c’était au Plan. La dernière foire était peut-être autour de 70, 75.
Il n’y a jamais eu de marché hebdomadaire, mais pour les foires, pour les St-Bertrand il y avait des traditions, par exemple le pâtissier de Loures, M. Comba faisait des tartes frangipanes et un autre de Montréjeau faisait des croissants, les éclairs etc. 

 

La Fête de la Mi-Carême


La Mi-Carême est une fête traditionnelle qui scinde en deux le carême. Elle remonte au Moyen Age et à Saint-Bertrand on a organisé un carnaval à ce moment-là jusqu’aux années cinquante. A la Mi-Carême, ils décoraient les chars, les jeunes étaient magnifiquement habillés, les chars tirés par les bêtes.

La Mi-Carême se célèbre donc au milieu de la période de carême. C'était une pause dans les privations et le jeûne de cette période. La Mi-Carême était fêtée le jeudi de la troisième semaine entière des quarante jours de carême.

Autrefois, le carême était suivi très sérieusement, la viande et les œufs étant interdits. C'est pour cela qu'au Mardi-Gras, on mangeait des crêpes pour vider les réserves qui ne pourraient tenir quarante jours. Parce-que les œufs ne se conservent pas bien plus de 20 jours et la nourriture n'étaient pas aussi abondante qu'aujourd'hui, on a inventé la Mi-Carême pour que les œufs puissent être mangés avant qu'ils ne se perdent. Après la Mi-Carême, on attend à nouveau vingt jours pour les sortir, décorés, pour Pâques.



 
Mi-Carême 1929 Photo à gauche : en bas g à d GREGOIRE Pierre, GEZ Bertrand, SOULE Alexandre - sur la charrette g à d CAZEAX Francine, BARRERE Paul, NOGUES Anna, BARRAT Marguerite, SOUBIE Marie, BARRERE Augusta, GREGOIRE Nelly, BARRERE Lucienne

 

Fête du Cochon 1967

 

Tuer le cochon garantissait aux habitants de la viande pour se nourrir et de la graisse de porc pour cuisiner pendant une longue période. L’évènement nécessitait l’aide des amis et des parents, les uns pour donner un coup de main et les autres pour fêter l’évènement.

Pour tuer le cochon il fallait s’entourer de personnes expertes en la matière, et la préparation, la manipulation et l’élaboration des produits de la viande étaient, quant à elles, des procédés bien différents qui faisaient intervenir des personnes suffisamment expérimentées pour garantir une bonne conservation des aliments. Une fois le travail terminé, l’ensemble des participants, qui avaient démarré la journée à l’aube, la finissaient ensemble autour d’une table, dans une ambiance de fête.

 De G à D: PORTET Michel, BELLAN Jean-François, LOUBET Bertrand, CASTEX Gilbert, BELLAN Célestin, PORTET Henri, de dos SOULE Maurice


 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouille archéologique   Passetemps   Personnalités   Sport

 

© Comité des Fêtes de St-Bertrand de Comminges 2021.