logo

St Bertrand d'Antan - Ecole

 

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouilles archéologiques   Passetemps   Personnalités   Sport

 

 

L'école actuelle a été construite en 1909-1910 quand M. Henri Barousse était maire avec ses adjoints M. Alphonse Barousse, M. Jean Marie SOULE, les conseillers municipaux M. Jean Bajard CAZASSUS, M. Jean Huguet CAZASSUS, M. Michel GEZ, M. Benoît GEZ, M. Bertrand ESCOUBAS, M. Siméon MANSAS, M. Bertrand RIBES, M. Jean RIBES, M. Pierre RIXENS, M. Bertrand TREY. La plaque commémorative est toujours là.

( Autre article à voir sur l'école : La gare qui n'en a jamais été )

M. Sapène, l'instituteur sur la photo de 1920, a fait des fouilles autour du bâtiment. Dans les années 1950 on trouvait toujours des mosaïques – il y en avait dans le préau de l’école, là où est maintenant le « foyer », qu’on trouvait pendant la récré en grattant la terre battu du préau.

Dans les années 1940 et 1950 il y avait deux classes, les grands et les petits : la cantine actuelle était une classe, des petits garçons et petites filles. A partir du CM1 on était chez les grands. La cour était coupée en deux avec un mur. On était nombreux dans les années 40 /50 même 60 ; puis petit à petit il y avait moins d’enfants, puis donc une seule classe. Il n’y avait pas d’uniforme mais on s’habillait presque tous de la même façon, les filles avec des tabliers. Les garçons portaient une blouse grise, ou très foncée, mais ce n’était pas obligatoire.


Classe de 1920 avec M. Sapène, l'instituteur
.

1ier rang GàD: PORTET Joseph, GREGOIRE Pierre, LOUBET Bertrand, SOUBIE Bertrand, BARRACHI René, DEDIEU Henri, GEZ Bertrand, GEZ Bertrand-Dominique, 2ième rang: CAPDEVIELLE Paul, BERREGAS Pierre, GEZ Michel, BELLAN Celestin, TREY Bertrand, SOULE Gaston, SOULE Alexandre, 3ième rang; GREGOIRE Joseph, VIDAILLET Gabriel, LOUBET Henri, Mr SAPENE Bertrand, TREY Aristide, MAULEON Antonin


Classe de 1951
de G à D: 1ier rang PARIS Monique, GEZ Jeannette, UCHAN Marie, PREMPAIN Colette, ESCOUBAS Jean, GREGOIRE France, GREGOIRE Pierrette, RICAUD Michèle, 2ième rang: TREY Roland, PARIS Marie-France, TALLET Marcel, MICHEL Bertrand, GEZ Jacques, RICAUD Jean-Louis, SANDERAN Jean, 3ième rang: PUJOLLE Julia, MICHEL Gérard, PREMPAIN Jean-Pierre, ESCOUBAS Jean-Pierre, GEZ Jean-Marie, SANDERAND Bertrand, BARTHIE Georges

Maïté Segonzac (née Sanderan) raconte  « Je me souviens de Mlle Eychenne, après il y avait les Ricauds, les années 50 au moins. Il me semble que la sœur de Jean-Louis Ricaud est née pendant que j’étais là. Les Ricauds sont restés longtemps. Madame avait les petits et Monsieur les grands.»

« On venait de Labat à pied– tous les jours. Il y avait Jeannot Amiel et comme il y avait la poêle au fond de la salle et il ne repartait pas à midi, souvent il avait des écrevisses. Des punitions était de te mettre au placard et la baguette de noisetier sur les oreilles pour les bavards. Quelquefois j’étais au placard et j’étais terrifiée ; un jour je me suis révoltée et j’ai lancé des écrevisses. »

« En principe on rentrait chez soi à midi et les autres amenaient les casse-croûtes, il n’y avait pas de cantine.  Peut-être certains partaient en bicyclette, les plus âgés, pas les petits, personne n’était motorisée, il n’y avait ni voiture ni tracteur. »

« Le voyage scolaire c’était aux Grottes de Gargas – nous y allions à pied. On portait le piquenique. On était ravi ! »

  
Classe de 1933 à gauche Mme SAPENE (institutrice),

1ier rang g à d: ESTAQUE Lucien, ESTAQUE Jaques, AMIEL Yvonne,PEYROUSET Marcelle, PEYROUSET Jean, BARRAT Denise, TREY Roger, TREY Jean, 2ième rang ESCOUBAS Irène, AMIEL Gaston, MANSAS Simone, MANCISIDOR Yvonne, MANSISSIDOR Augusta, BARSENTI Marie-Thérèse, BARSENTI Bertrand, CASTEX Louis, CASTEX Mélanie, ESCOUBAS Marinette, 3ième rang: COURET Antoinette, MANSAS Marie Christine, VERDIER Léa, PORTET Henri, COMPS Margueritte, COMPS Louis, ESCOUBAS Victor, CASTEX Gilbert, Dernier rang: VERDIER Jean, BARSENTI Françoise, BARRAT Yvette, ESCOUBAS Jeanne, PORTET Margueritte

Classe de 1938

 


Classe de 1939
1ier rang GàD: PUJOLLE Jeanne, DUFFAUT Eugénie, CARRERE Jeanine, BORDERE Hélène, DULON Yolande, BOURTHOULOUME Marie-Thérèse, PERRIER Suzanne, AMIEL Marinette, OIRY Gabriel, PUJOL Robert, ABADIE Marinette, 2ième rang: BARTHIE Jean, CAZAUX Marcel, ABADIE Gabriel, HOULONG -, MANCISSIDOR Bertrand, BARON Bertrand, ESCOUBAS Bertrand, SECAIL Charles, PERRIER André OIRY Jean, SIMON Pierre, BAZERQUE Françoise, et Mr SENGES Louis.


Classe de 1959

CLOUZET Gérard, TREY Michel, GILLET Colette, GEZ Odile,SOULE Marie-Antoinette,DEVANT Aline, MORERE Jaques, ABADIE Pierre, GEZ Gilbert, RIBES Nicole, MATHIEU Maryse, PARIS Chantal, TREY Danielle, CASTEX Geneviève, CLOUZET Jacqueline, GEZ Jean, GEZ Betty, GREGOIRE Dedé, BELLAN Simone, LOUBET Michelle, OIRY Yves, GEZ Louis, MORERE Jean, DEVANT Serge, PUJOL Serge, GILLET Alain, BARTHIE Louis, GREGOIRE Dominique, LERE Jean, AMIEL André, PUJOL Raymond, MATHIEU Bertrand,


Classe de 1960.
Dominique GREGOIRE, Colette GILLET, André AMIEL, Odile GEZ, Bertrand MATHIEU, Jean LERE, Chantal PARIS, Simone BELLAN, Maryse MATHIEU, Danièle TREY, Audrée GREGOIRE, Gilbert GEZ, Serge Pujol, Josiane DUPOUEY, Jacqueline CLOUZET, Geneviève CASTEX, Solange CASTEX, Evelyne SIMON, Joëlle GEZ, Nicole RIBES, Betty GEZ, Adrienne GILLET, Yveline MANCISIDOR,Christian VABRE, Christian OIRY, Louis GEZ, Yves OIRY, Jean-Michel GEZ, Serge DEVANT, Jean MORERE, Alain GILLET, Alain PUJOL, Claude PUJOL, Louis BARTHIE


  Classe de 1961.

 Louis CLOUZET, Louis GEZ, Joelle GEZ,,Claude TREY, Gilles SOUTOUS,Rose-Marie BERGES, MarcelTREY, Adrienne GILLET,,Christian TREY, Didier CASTERAN, Andrée ASSIEU, --,Michel SIMON,Marie-Pierre ALAPHILIPPE

La gare qui n'en a jamais été

Beaucoup de choses sont racontées sur le village de Saint-Bertrand y compris de nombreuses histoires et légendes concernant l'époque antique et le moyen âge. Elles sont généralement basés sur des faits, bien qu'elles puissent avoir été modifiées presque au-delà de la reconnaissance des événements originaux.

Un exemple plus moderne, que nous avons entendu plusieurs fois raconté dans le village, concerne l’école actuelle : le bâtiment aurait été construit à l'origine pour servir de gare à Saint-Bertrand sur un tracé proposé de la voie ferrée entre Montréjeau Gourdan-Polignan et Luchon. Cet itinéraire aurait dû passer près du château de Barsous et l'histoire nous raconte que le propriétaire a refusé de laisser la ligne traverser ses terres. Un autre itinéraire ayant été choisi via Labroquère, le chemin de fer n'est jamais arrivé à Saint-Bertrand et le bâtiment a été transformé en école.
 
Cette histoire est-elle vraie? L'école était-elle autrefois destinée à être la gare?

Un rapide coup d'œil sur le bâtiment semble soutenir l'idée. Il consiste en un bâtiment central principal avec une aile de chaque côté comme on en trouve dans de nombreuses petites gares. L'entrée principale se trouve au milieu de la section centrale comme c'est généralement le cas pour une gare de compagne et les angles des murs, l'encadrement des fenêtres et portes sont tous en brique rouge typique de nombreux bâtiments ferroviaires de la fin du 19ème siècle. Les preuves visuelles semblent convaincantes et il aurait été étrange si ceux qui choisissaient le tracé de la ligne du chemin de fer n'avaient pas envisagé une gare à Saint-Bertrand, important chef-lieu à l’époque.

Cependant, il y a des doutes que cela soit le cas. Il est peu probable que la compagnie ferroviaire ait construit un bâtiment de gare avant de valider le tracé de la voie ferrée et les dates ne concordent pas. La déclaration d'utilité publique de la ligne fut décrétée le 14 décembre 1865 et la ligne proprement dite fut ouverte le 17 juin 1873. Une plaque dans le mur de l'école nous dit que le bâtiment a été édifié en 1909 et ouvert en 1910 par le maire M. Henri Barousse, quarante ans donc après l'ouverture de la voie ferrée. Au début du 20ème siècle, de nombreuses écoles ont été construites avec une aile pour les garçons et une autre pour les filles et un appartement pour l’instituteur/l’institutrice à l’étage, et l’utilisation de brique autour des fenêtres et des portes est courante sur les bâtiments publics de l'époque.

Il est fort possible que l'emplacement de l'école actuelle aurait été choisi pour la gare si la ligne était arrivée à Saint-Bertrand mais le chantier n'a jamais démarré. Mais peut-être vous avez des preuves du contraire...

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouilles archéologiques   Passetemps   Personnalités   Sport

© Comité des Fêtes de St-Bertrand de Comminges 2021.