logo

St Bertrand d'Antan - Agriculture 2

 

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouilles archéologiques   Passetemps   Personnalités   Sport

L'Atelier

L'atelier de St Bertrand en 1935 avec de gauche à droite Ferréol, Gilbert et Jean Castex.

Pendant des siècles, les principales activités de St Bertrand ont été agricoles et viticoles et le village était presque autonome en fournissant toutes les nécessités de la vie quotidienne et de l'agriculture, ayant plusieurs magasins et des artisans représentant tous les métiers importants. La mécanisation de l'agriculture à la fin du XIXe siècle et dans la première moitié du XXe siècle a souvent nécessité des réparations. Si les machines tombaient en panne, elles devaient généralement être réparées dans l'atelier local, parfois avec des pièces de rechange fabriquées sur place.

L'Atelier se situe près de l'ancien terrain de football; c'est ainsi que tout le monde appelle ce bâtiment où bon nombre de villageois ont franchi le portail pour une quelconque réparation. Il appartenait à la famille CASTEX, dont les 3 générations sont représentées sur la photo : Ferréol, Jean et Gilbert. A noter que la maison familiale située place du Plan porte le sobriquet "En ço de Ferréol".

 

Baptiste Montané mettant du foin dans la grange de la famille Escoubas dans les années 50.

Avec la guerre civile en Espagne Baptiste est arrivé du Val d'Aran chez les Escoubas à 14 ans avec sa mère qui, très pauvre plaçait ses fils chez des gens. Baptiste travaillait à la ferme ; sa mère est repartie en Espagne (on pense). Il ne l’a jamais revue, ni ses frères. 

L'attelage à la ferme de Labat (de G à D: Fabien OIRY, Emile BAYON, l'enfant: Felix OIRY)

Jean UCHAN, Michel GEZ avec leur attelage, sur la charrette: Odile GEZ, Nanou GINISTY, Michèle GINISTY, Frédérique RIBOULEAU, Jeannette GEZ, Christiane RIBOULEAU

Les Foires

     

Dernière foire aux bestiaux 1996

A l’époque romaine, il y avait un grand marché à Lugdunum, aujourd’hui Saint-Bertrand de Comminges, dont on peut encore voir les vestiges. Tout au long du Moyen Age, des foires aux bestiaux ont eu lieu régulièrement, ce qui a continué jusqu’à récemment. Une habitante se souvient, en souriant, qu’elle marchait pendant plusieurs jours dans la bouse de vaches après ces foires, et nous raconte «  Dans les années 1940-1950, il y avait la Foire aux Bestiaux, au Plan, et à la Prade, les deux places étaient couvertes d’animaux. Sur les deux places, les vaches et les taureaux étaient présentés, les brebis étaient en ville haute, tandis que les cochons étaient aux Oums. Les bêtes venaient en nombre des villages environnants, et celles de la vallée de Nistos arrivaient la veille. Une foire était un peu plus importante que l’autre. Les dates correspondaient aux fêtes de Saint Bertrand, donc en mai et en octobre. » Chez Georgette « en ço de Jeannetto » , il y avait le café, où pour l’occasion on débitait un veau. Des repas étaient également servis chez Mansas, devenu la Vieille Auberge puis la Table, sans oublier « Chez Tantette » aujourd’hui connu sous « Chez Simone » où les plats traditionnels de foire tels que la daube et surtout les gras doubles régalaient de grands connaisseurs. Il y avait beaucoup de monde et les soirées se terminaient tard. Certains se rappellent aussi de la venue du pâtissier de Loures, M. Combe, qui faisait des tartes frangipanes et un autre de Montréjeau proposait des croissants, des éclairs, etc. Ensuite, petit à petit il y a eu moins d’animaux, et la foire n’était qu’au Plan. La dernière édition de la foire s’est tenue en 1996.

 

Agriculture   Artisans et Commerce   Bâtiments   Cathédrale/Culte   Chasse  Ecole   Fêtes et festivités    Fouilles archéologiques   Passetemps   Personnalités   Sport

 

© Comité des Fêtes de St-Bertrand de Comminges 2021.